Poison Control
Plate-forme : Nintendo Switch
Date de sortie : 16 Avril 2021
Résumé | Test Complet
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Redaction


7/10

Les esprits créatifs derrière Penny-Punching Princess et The Princess Guide reviennent avec un conte de rédemption, teinté d'humour noir!

Un jeu de tir différent.

Chaque fois que NIS America annonce un nouveau titre, presque inconsciemment nous nous attendons à ce que ce soit un tout nouveau JRPG ou un jeu de tactique. Alors quand l'éditeur prévoit un jeu de tir à la troisième personne (!), il y a de quoi être surpris. Bien sûr, il s'agit d'un jeu de tir au graphisme d'animé avec des mécanismes de RPG, mais c'est tout de même un jeu de tir à la troisième personne. Poison Control commence de la manière la plus directe et la plus inspirée de Doom qui soit : vous vous réveillez en enfer et vous êtes immédiatement attaqué par un démon appelé Klesha. Pour une raison étrange, cette attaque ne vous tue pas. Au lieu de cela, vous vous liez à cet être, qui se présente comme Poisonette, partageant votre corps de manière symbiotique. Elle veut retrouver ses souvenirs et vous voulez sortir de l'enfer. Pour ce faire, vous devez envahir des versions individuelles de l'enfer générées par les peines de personnes récemment décédées, les nettoyer d'une fange de poison créée par leur désespoir, et vous mettre du bon côté des hauts responsables de l'enfer. Oui, cela rappelle beaucoup Persona, chaque niveau évoque un peu les palais de ce jeu car ils sont conçus en fonction de la personnalité d'une personne, avec ses secrets les plus sombres et ses regrets. L'un des niveaux était basé sur une fille qui se sentait mal à cause de la mort de son chien, il était donc rempli de tonnes de squelettes de chiens. Un autre niveau était basé sur l'amour d'une personne pour une mascotte d'anime (plus précisément, Prinny de NIS), vous pouvez donc déjà imaginer que cette version de l'enfer était remplie de statues et d'ennemis inspirés par son apparence. Certains niveaux sont clairement mieux conçus que d'autres, mais dans l'ensemble, chacun d'entre eux est assez unique. On peut dire la même chose du jeu : il est complètement dingue, totalement différent à ce qu'on a l'habitude de voir.

Poison Control propose une boucle de jeu assez simple : choisir un niveau, le nettoyer des mares de boue empoisonnée, tuer des ennemis, chercher un trésor et récupérer un macguffin à la fin de la mission. Il peut y avoir une légère déviation dans l'objectif d'un niveau, par exemple s'il est centré à 100 % sur le nettoyage de la fange ou l'élimination de certains types d'ennemis, mais il s'agit presque toujours d'une exploration linéaire d'un donjon avec des énigmes optionnelles occasionnelles et une tonne d'informations sur l'intrigue qui vous sont données à chaque fois que vous parlez aux esprits disséminés dans le niveau. Ces quêtes optionnelles ne sont pas vraiment des missions à proprement parler, mais plutôt des trésors cachés que vous devriez passer du temps à chercher. Il y a trois emblèmes spéciaux cachés dans chaque niveau, et si vous les trouvez tous, vous débloquerez une toute nouvelle capacité qui pourra être incluse dans votre loadout entre les niveaux. Comme il s'agit d'un jeu de tir à la troisième personne, vous pouvez personnaliser votre armement et votre "équipement" entre les missions. Vous disposerez toujours d'une arme principale, appelée Toxicant, d'une arme secondaire, appelée Delirant, qui peut être obtenue de manière aléatoire en battant des ennemis, et de capacités passives et d'améliorations qui peuvent être débloquées en collectant les emblèmes cachés susmentionnés. Un Toxicant dispose de munitions infinies, mais doit être rechargé lentement une fois son chargeur épuisé, tandis que les Delirants ont une capacité de munitions plus élevée (mais limitée). Vous disposez également d'un mouvement d'attaque de zone qui peut être utilisé de temps en temps et qui est le plus efficace lorsque vous êtes entouré de tonnes d'ennemis en même temps. C'est en fait une situation très courante.

Une réalisation à la hauteur ?

D'un point de vue technique, Poison Control fait le travail, proposant un style artistique unique et saisissant, proche de l'animation. Malheureusement, il est entravé par des conceptions de niveau parfois peu inspirées, une résolution peu impressionnante et un framerate irrégulier lorsque trop d'ennemis apparaissent à l'écran. Les mécanismes de combat sont très simples. Il s'agit d'un jeu de tir à la troisième personne d'il y a quelques générations, sans mécanisme de couverture. Vous pouvez verrouiller un ennemi en dehors du mode combat, mais dès que vous appuyez sur ZL pour activer le mode de visée, tout ce dont vous disposez est une aide à la visée généreuse mais limitée. Tirez sur un ennemi jusqu'à ce que sa santé soit épuisée. C'est aussi simple que cela. C'est un système de contrôle réactif, mais il semble un peu archaïque et un peu dépassé. Il faut aussi un peu de temps pour s'habituer à la disposition des entrées, mais dans l'ensemble, les commandes ne sont pas mauvaises. Elles ne sont pas trop délicates, elles ne souffrent pas de lag. On a simplement l'impression de jouer à un jeu de tir de l'ère PS2, et il vous faudra donc un certain temps pour ramener votre cerveau à une mentalité de 2003. La plupart des niveaux comportent des musiques de fond entraînantes. Le doublage japonais, bien que rempli de tropes animés exagérés, est tout à fait décent. Ah oui, et ça ne surprendra personne, Poison Control dispose de textes écran uniquement en anglais. Notez que la version physique du jeu propose en bonus un mini artbook dans la boîte, ainsi qu'un coupon pour télécharger un extrait de la bande originale.

Un autre mécanisme clé de Poison Control est le nettoyage du bourbier. Vous vous souvenez du démon waifu avec lequel vous partagez votre corps ? Eh bien, en appuyant sur un bouton, vous pouvez momentanément lui confier le contrôle de votre corps, vous laissant, vous, le protagoniste, sous la forme d'un tas d'os macabre et statique. Vous pourrez alors marcher sur ces tas de bien rose et les éliminer à la manière d'un Splatoon inversé. Nettoyer ces bourbiers est utile pour un certain nombre de raisons : accélérer le temps de recharge de votre arme principale, trouver des objets cachés, assommer les ennemis proches, et recharger une sorte de compteur "continue" qui s'active dès que votre santé tombe à zéro. Les mécanismes de RPG et le système de chargement ajoutent une couche supplémentaire de stratégie au mélange. Bien sûr, ce jeu a été conçu par les mêmes personnes qui ont créé Disgaea après tout. Non seulement les buffs passifs peuvent augmenter certaines de vos statistiques, comme la santé et la défense, mais un petit mini-jeu de "flirt" à la fin de chaque niveau peut augmenter vos statistiques en fonction de vos réponses avec Poisonette. Ce n'est pas du tout profond ou complexe, mais vous pouvez obtenir des points de vie supplémentaires ou une résistance au poison en fonction de la façon dont vous interagissez avec elle à la fin de chaque mission. Le fait est que les missions de Poison Control sont courtes et rejouables. Vous pouvez facilement démarrer le jeu, jouer une mission, sauvegarder et éteindre le jeu. C'est très divertissant en courtes séquences, ce qui fait que la Switch, plus précisément en mode portable, convient parfaitement au jeu. Il y a quelques combats de boss ici et là, et ils ajoutent une dose supplémentaire de défi à ce qui serait autrement un jeu plutôt facile.

VERDICT

-

Poison Control est un jeu un peu bancal mais il reste très amusant. Il s'agit d'une approche unique des jeux de tir à la troisième personne que l'on voit rarement dans les productions occidentales. Ses niveaux courts sont également parfaitement adaptés à un système portable. Si vous pouvez passer outre ses défauts techniques, Poison Control mérite d'être découvert.

© 2006-2022 PlayAgain.be - Tous droits réservés